BIO

Sarah est initiée à la musique par son père qui lui joue, enfant, des valses de Chopin au piano pour l’endormir. Un peu avant son 6e anniversaire, elle est emmenée chez Suzanne Ramboux qui restera son professeur de piano jusqu’à ses 18 ans. Après un bac scientifique mention bien, elle poursuit des études de droit jusqu’à l’obtention de son diplôme d’avocat et un DEA en droit de la propriété littéraire et artistique. Ses études achevées, elle décide de donner une chance à l’expression de sa fibre artistique en développant le métier de comédienne spécialisée dans la voix enregistrée (“voix off”), et en se consacrant à sa plus grande passion : la musique.

Evanela

Elle commence à écrire et à composer en 2005, et s’adonne en autodidacte la MAO (Musique Assistée par Ordinateur). Sa vie se transforme vite en bulle de créations musicales qu’elle diffuse sur internet sous le pseudonyme Evanela, ce qui provoquera sa rencontre avec le bassiste Laurent Cokelaere qui cherche une chanteuse en “featuring” pour le 2e opus de son projet Sidji Moon, créé avec le saxophoniste Hervé Gourdikian, après avoir collaboré avec Keren Ann sur le premier album “Nomades”. Très vite des voix sont posées, l’alchimie fonctionne. Il l’embarque pour 3 titres : The Wheel of Fortune / Dive / That’s Enough For Me, sur l’album “Kontrast” de Sidji Moon, sorti en septembre 2010 chez Cristal Records, et l’aide à réaliser l’enregistrement de ses premiers morceaux, en invitant en studio des musiciens de talent tels qu’Éric Sauviat, Denis Benarrosh ou encore Seb Chouard.

Des naissances

Sarah devient Maman en 2009. Sa carrière se met d’elle-même entre parenthèses pendant deux années. En 2011, elle revient à la musique en créant le duo INO ARA avec Fanny Charmont où elle remplit le rôle de compositrice-femme orchestre, ce qui l’encourage à développer ses qualités d’arrangeur musical. Elle ajoute alors à sa palette l’utilisation de sonorités électro-tribales et cinématographiques. Un EP (Animal) naîtra de cette collaboration artistique, ainsi que de beaux concerts (1ères parties de Miossec, Nosfell, tournée du festival “Métissons” à Saint Louis au Sénégal). Durant la même période elle écrit et compose des titres pop décalés avec Fred Perriot pour son projet 3mn20.

À l’automne 2015, Sarah rencontre le compositeur de musique electro David Mat. Ils créent ensemble le projet Cosy Town. Elle expérimente ici beaucoup de couleurs vocales, teste les limites de sa voix, dans une grande liberté créative (textes et mélodies).

Des passerelles

Se nourrissant de ce qui l’entoure, Sarah en cesse de créer des passerelles entre son univers musical et d’autres  mondes, en habillant quelques courts métrages de ses musiques ou de sa voix. En 2016, elle participe avec son groupe INO ARA au tremplin Zebrock et y fait la connaissance de Nathalie Réaux. Elle l’accompagnera sur son  projet Pagan Poetry, aux claviers et aux chœurs. Cette rencontre sera un tournant dans sa vie artistique puisqu’elle y rencontre Marie Destouet, alors le manager de Pagan Poetry, qui deviendra le sien deux ans plus tard.

C’est cette année-là que Sarah ressent le besoin viscéral d’exprimer ses créations à 100%, sans limite, de manière  solitaire et indépendante. Débute alors un voyage à la rencontre d’elle-même. Elle crée et enregistre presque continuellement de nouveaux titres, chez elle, dans le petit studio qui lui sert aussi à réaliser ses voix off, naviguant entre plusieurs styles (pop seventies, trip hop, chansons voix et piano…). Marie l’accompagne et l’encourage dans cette voie dès leur rencontre. Après avoir enfin créé sa page musicale et diffusé un titre sur le net, Sarah rencontre le producteur et directeur artistique Nicolas Bulostin. Ils enregistrent plusieurs titres dans son studio Le Third Floor à Londres, et certains sont masterisés aux studios Abbey Road. Sarah devient alors Hey Sarah.

Hey Sarah – ONE

Le 12 avril 2017 sort le premier EP de Hey Sarah : “ONE”, qui sera suivi de 4 singles sur différentes plateformes digitales. Certains titres sont enregistrés en studio à Paris avec les musiciens Hugo Cechosz, Florent  Savigny, ou encore son ami de longue date Laurent Cokelaere. Multipliant les petites scènes parisiennes qui deviennent vite son laboratoire (La Passerelle.2, O’Gib, le Pop In, l’International, la Bellevilloise, la Bocata, Léandrés…), Sarah teste ses compositions sous diverses formations scéniques. Depuis l’été 2018, elle joue sur scène en solo, exposant ainsi son univers sonore, entourée de ses machines et instruments : pads electro, sampler, ukulele et claviers.

Libre

Forte de ses multiples expériences, c’est aujourd’hui  indépendante, et sous sa seule autorité, qu’elle entend mener sa barque. Quelle que soit la langue de ses compositions (français, anglais, hébreu), ou le nom du projet musical qu’elle adopte (Evanela, Sam, Hey Sarah ou simplement Sarah Amsellem), le fil rouge essentiel tient dans un principe de justesse, être au bon endroit, au bon moment : se sentir à sa place, en accord avec ses principes et en paix avec ses choix. Son Trip-Hop Saharien est un souffle de vie, de liberté, mis au service de son indomptable puissance créatrice, avec en point d’orgue la célébration du Féminin sacré. Elle souhaite  continuer ses créations, tant pour son projet solo que pour le cinéma, la mode, ou toute autre discipline, en les conjuguant avec les propositions de collaborations qu’elle accueille avec joie.

Contact management-presse-booking : marie.destouet@gmail.com