Presse – Hidden Echoes

“Avec « Hidden Echoes », Sarah Amsellem ne donne pas seulement une suite au magnifique « Miracles » . Ce nouvel album marque pour la musicienne une étape sans doute essentielle de son parcours. Entièrement composé et réalisé « à la maison », puis offert instantanément sur Youtube, il incarne ces temps que l’on qualifiera pudiquement de troublés, pour ne pas dire totalement dramatique. Ce saut dans le vide que représente « Hidden Echoes » illustre de la manière la plus pertinente et gracieuse qui soit, ce que nous traversons tous.

Nettement plus sobre, comme recentré sur la stricte recherche de la beauté la plus juste, ce nouveau disque n’exprime ni l’urgence, ni la panique. Il se donne, au contraire, le temps nécessaire et parvient à s’extraire d’un quotidien devenu, au sens propre, invivable. La perfection quasi miraculeuse de « Hidden Echoes » ne cesse de renverser. Chanson après chanson, Sarah Amsellem semble s’épanouir comme jamais dans ce minimalisme ultra-mélancolique, qui nous rappelle furieusement les merveilles soniques de Perry Blake, ou la nonchalance bouleversante de Leonard Cohen.

« Hiddent Echoes », d’un bout à l’autre de son voyage, impressionne et (ré)enchante. Son équilibre mélodique, étrange et pur à la fois, évoque les sombreurs d’Arab Strap. Sarah Amsellem y injecte toute sa poésie, une sensibilité toute personnelle, et sa vision onirique. Et nous offre un album troublant, saisissant, essentiel.”
©Yan Kouton, le 26 mars 2020

 


“Sarah Amsellem offre Hidden Echoes, un album pour le confinement”

“Alors qu’on peut assister de chez soi à des live d’artistes tout autant confinés que nous et leurs fans, Sarah Amsellem offre son album intitulé Hidden Echoes en écoute pour cette période de confinement.  Très beau cadeau de sortie un peu spéciale depuis le jeudi 26 mars 2020 sur la toile, Hidden Echoes fut écrit, composé, arrangé, réalisé, mixé et masterisé par Sarah Amsellem, du fait maison comme on les aime. Neuf titres en anglais pour pouvoir voyager, s’évader et se balader…”
©VAN MEMENTO MORY, le 27 mars 2020

 


…”Comme “Miracles”, “Hidden Echoes” fait figure dès sa première écoute de classique instantané, où l’on entend les voix et les esprits des grandes chamanes de la chanson (folk et) mystique (Vashti Bunyan, Judee Sill ou Marissa Nadler). “Way to Alaska”, au cœur de l’album, fait beaucoup penser à “Dance Me to the End of Love” de Leonard Cohen, et on a envie de dire à sarah amsellem : “sing me to the end of love” – jamais il n’y aura eu autant de chaleur en Alaska. Midtempo elle aussi, “Wild Forest” nous enjoint à un retour aux racines, au sens propre, d’un monde qui nous a préexisté et qui nous survivra.” …
©David Guérin, le 31 mars 2020

 


…”Quand un ange tombe, semble-t-il, il atteint la délicatesse de cette musique, il devient prose. Hidden echoes est cette prose, cette élégante narration des pas d’un ange, dans les recoins de ce monde entre sale et merveilleux, à coup d’ailes courtes, petits sauts de Brooklyn aux amazones, de rebonds en Alaska. Ce petit trajet, Sarah nous l’offre entre les doigts tendus d’un Leonard Cohen et les cheveux emmêlés d’une Patti écrivant sur des carnets de voyages, un récit de voyages intérieurs le long des grandes allées du monde…”
©Guillaume Mazel, le 31 mars 2020

 


“Qu’on se le dise, aucun confinement au monde n’arrêtera ni la musique, ni la créativité des musiciens ! Ainsi, en plein confinement, Sarah Amsellem nous gratifie d’un album surprise, et nous offre beaucoup de réconfort en plein milieu de cette période étrange. Entièrement fait à la maison entre février et mars de cette année, mis en ligne dans la foulée, ce deuxième effort de la chanteuse ne souffre absolument pas de cette économie de moyen forcée. C’est même absolument l’inverse. Concentrée sur l’essentiel, Sarah creuse le trait un peu plus profondément, soulignant avec force ce que son premier album, “Miracles”, ne faisait qu’esquisser. Des accents gainsbourien qui ouvrent les agapes (« Brooklyn Mars ») aux panoramiques cinématographiques (« Spirit of the sea » ; « Better Before »), il ne suffit à la chanteuse que de quelques notes de piano, de basse ou de ukulélé et de percussions éparses pour dessiner un tapis volant de notes rêveuses. Atmosphérique, la voix de Sarah glisse sur les mélodies telle un goutte d’eau sur les plumes d’un canard (« Going Under ») et enrobe l’auditeur dans une étreinte musicale d’une grande douceur. Apaisant.

A noter enfin pour finir, ce nouvel album sera illustré d’un nouvelle vidéo mise en ligne tous les dimanches soir.”
©Régis Gaudin, le 4 avril 2020

 


1ère émission confinée pour la team Rose Citron. Chronique sur la sortie de Hidden Echoes avec diffusion d’un titre

 

“Sarah Amsellem est une artiste qui nous a déjà à de nombreuses reprises beaucoup ému. Une poète dans l’âme qui ne cesse de surprendre tant par sa musique que par ses textes. Alors confinée, comme nous tous, Sarah continue dans la voie de la composition musicale. Elle propose, pendant cette quarantaine, un album complet écrit pendant, et pour, le confinement !

Portée par sa propre créativité, elle dévoile tout au long de cette période les morceaux de ce tout nouvel opus, Hidden Echoes, un projet entièrement fait main.
©Fanny Jacob, le 4 avril 2020

 

“Sarah nous a habitué à sa pâte artistique : poétesse à la voix profonde, enchanteresse aux textes poignants, c’est une artiste qui n’a de cesse d’évoluer et de virevolter, telle une chenille se transformant perpétuellement en papillon.”
©Fanny Jacob, le 22 mai 2020